1940. Albert Dehousse veut être un héros. Mais comment y arriver quand on est personne, qu'on vit dans un village paumé du nord de la France. Imaginer sa vie. Il fuit à Paris lors de la Libération. Là il va s'inventer une vie dans la Résistance, pénétrer les cercles des nouveaux anciens combattants. Habile, il tisse ses mensonges sur ses souvenirs, ses observations et la lectures des journaux de la Résistance. Il va se retrouver propulser dans l'Etat-Major qui décide de l'envoyer dans l'Allemagne occupée.

Deconstructing Albert

un-heros-tres-discret-1996.jpgJ'aime ce personnage d'Albert Dehousse, sorti de l'imagination de l'écrivain Jean François Deniau (1928 - 2007). Albert est un rêveur mais très intelligent, habile. Il assimile tout ce qui l'entoure pour recréer ses mensonges. Petites phrases et anecdotes, personnages, il apprends, recoupe les infos, pour s'en servir comme alibi. Son personnage illustre parfaitement cette ambiance de fin de guerre où certains se sont découvert résistants (à l'instar de "Monsieur Jo" joué par François Berléand, qui à l'époque ne trustait pas les écrans mais sait imposer en quelques secondes son charisme).

Le film est riche en galerie de personnages, solidement campés. A commencer par le narrateur, Albert Dehousse, plus âgé, joué par Jean Louis Trintignant. Son allure, sa voix, hantent le film. Il en donne le tempo. On retrouve Albert Dupontel dans un rôle dramatique. Là aussi, posé, froid, il marque de sa présence le film. On pourrait continuer en parlant du charme discret de Sandrine Kiberlain et d'Anouk Grimberg.


UN HÉROS TRÈS DISCRET (bande-annonce)
envoyé par nicolas54480. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.