Nous avons du longuement négocier pour cette interview exclusive. On nous avait averti. Les consignes avaient été claires. Ne les accompagnez pas seul dans les loges. N'aceptez pas d'alcool de leur part. Ne les nourrissez pas après minuit. Un numéro à contacter en cas d'urgence. Le rendez vous a été pris pour un soir à la Cantada. On a même pensé qu'ils annuleraient au denier moment. Mais finalement, Mathieu Berthon s'est mis à table et à tout avoué (son compère Guillaume Bourrain s'était excusé mais il nous a semblé qu'il était pas loin, on pouvait SENTIR sa présence.
Quelques mots sur Mathieu. Derrière ce qu'on pourrait prendre pour un joyeux loufoque amateur de ciné, se cache un vrai connaisseur de cinéma. Il CONNAÎT son sujet. Il parle vite mais bien

Pas de Pitié pour les Navets Begins

troll2pic1.jpgComment on en vient à créer "Pas de Pitié pour les Navets"?

Je suis arrivé il y a 3 ans sur Paris. Avant j'organisais des soirées appelées "les Jeudi de l'Angoisse", de projections de courts métrages francophones de genres tous les deux mois. Je connais assez bien le milieu de court de genre. Cela a duré à peu près un an, une fois tous les deux mois, ça demandait beaucoup de boulot, récuperer les courts, faire les flyers, on shootait et réalisait tout nous même...'

Puis je suis parti au Canada moins d'un an et je suis allé à une projection de "Troll2" où j'ai vu le documentaire "The Best Worst Movie Ever". C'était génial, les gens venaient avec leur VHS les faire signer.

"The Best Worst Movie Ever"

J'aimais déjà bien les nanars, je les regardais sur M6 genre Marabunta. Quand j'en parlais autour de moi, ça nous faisait beaucoup rire. Un des premier nanars que j'ai vu c'est "ADN la menace", qui est abominable, avec ce qui est sans doute la pire incrust' du cinéma.

bande annonce "ADN La Menace"(1997)

Et je repensais à l'enthousiasme du public pendant les projections de "Troll2". Alors j'en ai parlé à Mickey qui a créé la Cantada il y a 7 ans. Je lui ai parlé de faire ce genre de séances nanars,je lui ai proposé de faire une séance ou deux pour voir. Et le premier film qu'on a passé c'est... "Troll 2". On l'a diffusé en VO car beaucoup de blagues sont intraduisibles en français. Et au final ça bien marché.

And the story goes on...

panic.jpgAprès on a pris contact avec "Panic Cinéma" (qui à l'époque s'appelait l'Absurde Séance)mais dans un autre cadre, plus orienté dans le court métrage. On s'est rendus compte qu'on avait pleins de connexions en commun. La filiation à Panic s'est faite naturellement, même si on est pas sur le même créneau de cinéma. On a aussi voulu parfois programmer des films en lien avec ce que passait "Panic", mais c'était pas évident.

Parallèlement j'ai du refaire ma culture nanar, grâce à Tommy de "Douteux. org" qui fait ça depuis plus 10 ans. Il les archive. Ils m'ont envoyé "la croisade du cinéma douteux". Pour Tommy il y a comme une mission culturelle de sauver le nanar qui est d'une certaine façon un héritage culturel, car pleins de films disparaissent, les codes sont oubliés.

bande annonce de "la croisade du cinéma douteux" (2008)

Quand on parle d'Ed Wood, Max Pecas les gens connaissent, mais combien on vu les films? Il n'y a pas grand monde qui a vu un Chuck Norris en entier dans sa vie ou un épisode de "Texas Tanger"...Les gens sont pas maso... nous il y a un côté maso dans ce qu'on fait, mater un nanar d'une heure trente c'est pas évident.

Comment ça se prépare un PDPN?

"Il faut qu'on trouve un film qui soit à la fois drôle et rythmé pour pas que le public se fasse chier... "

On a parfois du mal a sélectionner les films car il faut qu'on trouve un film qui soit à la fois drôle, et rythmé pour pas que le public se fasse chier... Parce que passer du navets, on pourrait faire ça vingt ans et évidemment tout n'est pas bon. Parfois le film mauvais se révèle bon et inversement...Ya des boites de productions ou des réalisateurs qui sont des genres de labels, comme Amir Shervan (Hollywood Cop) pour moi c'est un des meilleurs réalisateurs de nanars.. Suffit de regarder le reste de sa filmographie : Samurai Cop, Killing American Style...

bande annonce "Hollywood Cop" 1986

Nanars populaires

Léemergence du nanar Deluxe avec Asylum et consorts

logo.gifJe trouve ça excellent!... Asylum a clairement trouvé son public à partir de "Mega Piranha". ils ont compris qu'il s'agissait pas de copier des films mais de faire un truc drôle et too much. Eux le faisaient déjà mais c'était considéré comme du 1er degré.

Comme ils n'ont pas les moyens techniques de rivaliser, ils ont misé sur le "too much". C'est pas vraiment de la contrefaçon, tu reprends simplement l'imagerie. Et quand on regarde de plus près, ça se pratique déjà dans le cinéma américain mais à une autre échelle. Comme maintenant quand le cinéma aéericain veut faire tout remaker, comme "The Thing". Cela reste mauvais mais, hélas, rentable. C'est ridicule. On en arrive à remaker ou rebooter des films qui n'ont que quelques années au compteur.

jaquette.jpg"The Asylum" me fait marrer dans leur délire on a pas d'argent et on s'en bat les couille, on prend des Amigas pour les effets spéciaux et au final ce sont les idées qui priment. C'est pas la qualité du visuel qui fait un truc efficace.

Même dans "Poultrygeist" il y a beaucoup d'effets spéciaux. C'est généreux, et moi j'aime les films généreux. Quand tu vois "Deep Blue Sea "(2000) c'est du Asylum avant l'heure... Il faut faire la différence entre les films fait exprès pour le nanar et ceux qui le sont pas, nous on diffuse les films fait au premier degré.



Inside PDPPN

Qui fait quoi?

panthere.jpgJ'ai rencontré Guillaume à l'issue des premières séances. Guillaume avait une bonne connaissance cinématographique, on matait les films ensemble, il a le même barême de choix que moi. Et c'est un puits de connaissance: tout ce qui est vieilles séries, vieux films, il sait tout, je ne sais pas comment il fait mais il sait.

Quand j'ai besoin de rushs pour les "cuts" il sait où piocher, quels films seraient pafait, dans quel film tel acteur à jouer... Les cuts ça dépend, des fois j'ai le temps, pour d'autre je m'y colle trois jours avant...Il y'en a certains dont je suis assez fier, le "Spécial discothèque" par exemple. Tout ça dépend des thèmes. Pour février mars 2012 j'ai quelques idées, comme un gros cut d'une heure trente, réalisé par Otto Rivers de Videotopsy. Ces gens là sont des guerilleros de la trouvaille.

We Need A Montage #37 -Spécial Discothèques- from Mathieu Berthon on Vimeo.

le "Cut" Spécial "Discothèque"

retrouvez tous les précédents "Cut" à cette adresse

Et concernant les rumeurs?

Oui je les confirme, et j'ai même envie d'annoncer, pour vos lecteurs, en exclusivité mondiale: oui, on va adopter. Nous sommes un couple heureux, il me surprend un peu plus chaque jour.
Le plus marrant est que moi je suis très prude et pas du tout exhibitionniste mais j'aime bien faire des trucs un peu limite pour voir jusqu'où les gens vont distinguer le 1er degré du second....

Exemple d'animation en soirée...

Qui fixe les limites?

nippon1.jpgC'est Guillaume qui dit stop. Je sais c'est étonnant, on pense parfois l'inverse, mais le plus souvent c'est lui qui dit stop. J'ai envie de faire des trucs très limites parfois, aux frontières du politiquement incorrect. Et dans le même temps c'est Guillaume qui a amené le côté "bordel". Amusant car Guillaume est vachement plus carré que moi....il a besoin que tout soit bien préparé...Par chance, on trouve toujours des gens pour participer aux animations, pour donner un coup de main surtout via la page Facebook..

" Si les gens savaient à quel point nos animations ne sont pas préparées..."

Le reste est de l'improvisation totale, on répète jamais, parce qu'on a tout simplement pas le temps de répéter...Si les gens savaient à quel point nos animations ne sont pas préparées...D'ailleurs, on se pose la question de passer à une fois par mois à la rentrée car on est pas mal fatigué et je dois bosser sur mon film. Parce qu'il faut pas oublier, au final nous ne sommes que trois...

Et donc ton court métrage

reserviste.jpgIl sort au mois de mars. il est à l'étalonnage, on est dans la dernière étape. Moi j'ai une vraie affection pour le nanar, alors forcément j'en ai mis beaucoup dans ce "Réserviste".

Même si au final, le film est un peu trop "classe" pour un vrai nanar. Il y a plus un hommage aux films de la Cannon qu'aux nanars. Par exemple on avait une explosion de maquette, façon nanar, et on évolué vers quelque chose de plus numérique, plus chiadé, de beaucoup moins nanar.

Coming Next

Bien plus qu'un simple film, un état d'esprit

Chaque fois qu'on a terminé une séance on est claqués mais on se dit que c'est cool, on est heureux de voir le public et ses réactions, les gens rigolent entre eux. On fait payer l'entrée car on veut ajouter une plus value, parce qu'on est pas dans une simple recupération, il y a de l'investissement dans les costumes, l'organisation. L'argent est mis de côté pour un court métrage qui sera tourné plus tard. On voudrait faire un hommage au nanar en restant dans le délire de "Pas de pitié... ".

L'argent est mis de côté pour un court métrage qui sera tourné plus tard. On voudrait faire un hommage au nanar en restant dans le délire de "Pas de pitié... ".

Mais même au-delà, ça nous permet de faire une soirée comme pour le prochain anniversaire.... Pour la soirée des deux ans on a ainsi pu faire venir des DJ, du matos. Et ainsi, je sais que la soirée va bien se passer, on a moins de choses à gérer. Et le cut est cool, réalisé par un mec de "douteux.org", on a les cadeaux, des jeux de société COLLECTOR, on a moins la presssion que la première année.

classe-am_C3_A9ricaine.jpgPour "le grand détournement" début janvier, on va faire une séance gratuite, on achetera de la ouiche lorraine. On va faire un cut doublage pourris. On va amener aussi un livre d'or pour les suggestions d'idées car comme je l'ai dit, au final on est que trois....

"On veut pas que ça devienne un business. Si on va dans une plus grande salle, ça parlerait droits, entrées, on perdrait ce qui fait l'esprit des soirées."

Mais on veut pas que ça devienne un business. Si on va dans une plus grande salle, ça parlerait droits, entrées, on perdrait ce qui fait l'esprit des soirées. C'est amusant de voir toute une génération de cinéastes qui se réapprorie cette culture, comme ce que fait Robert Rodriguez. Avec Machete il a industrialisé quelque chose qui n'est pas iindustrialisable.... Alors ce mec connaît l'essence même de ce qui fait le charme de ce genre de cinéma. C'était pas encore le cas avec "Planet Terror".

We're not alone

On est pas les seuls à faire ce genre de soirées. A Lyon il y a le Nanar le Barbare / Nanaroscope, ils projettent par thématique. Ceux de douteux .org à Montréal tous les lundis soir, mais eux vont plus loin, ils jettent des choses sur l"écran...On aimerait faire venir Tommy à Paris, dans un "Pas de Pitié..." ou un "Panic"... mais il a a peur de l'avion....Et eux surtout ont quelque chose qu'on a pas encore: ils ont obtenu un cadre légal pour diffuser leurs nanars,"projection culturelle"

La même chose est-elle possible pour PDPPN?

Si un jour on me demande payer les droits, j'arrête car je n'aurai ni le temps ni l'argent de chercher les ayants droits. C'est parfois tout bonnement impossible. D'ailleurs on s'est fait un peu attaquer là dessus par certains qui insinuent qu'on rigole des mauvais films, qu'on ne comprends rien au film parce que les gens gueulent en permancence ( ce qui est faux), et le fameux " Ils payent pas de droits". Franchement, ces gens là n'ont pas saisit l'esprit du truc.

Pas de Pitié pour les Hipsters

l'ambiance de la salle c'est l'esprit même de ces soirées pourtant...

ppdn.jpgOui il n'y a pas de bordel. Il y a du respect, on s'entends quand même. Et surtout on se moque pas. On a pas non plus de démarche de business ou de délire mauvais film. Après, c'est sûr qu'il y a une "mode" du nanar. C'est peut-être la mode nanarland et du revival années 80 et ça surf dessus. Mais nous pas du tout, on était dedans bien avant...

Et puis surtout on est pas une séance de hipsters, je peux pas me les blairer (meme si Guillaume est un peu plus hipster que moi, il a des BASKETS c'est un fanatique des baskets...). J'emmerde la culture hispter (mais j'aime bien Drive ....) . Ce qui rend notre séance pas "hipster" ce sont nos animations de mauvais gouts et décalées, c'est pas du tout "in".

"Notre public n'est pas hipster du tout. Il y a un fossé entre la culture hipster et la culture nanar"

Et notre public n'est pas hipster du tout. Il y a un fossé entre la culture hipster et la culture nanar, le hipster a essayé de se réapproprier la culture populaire, les privates jokes, les cultures geeks. Les hipsters ne connaissent pas "Samourai Cop". La seule chose à peu près hispter c'est l'accroche en écriture digitale sur l'affiche....

Les prochaines séances

public.jpgOn voudrait avoir des séances plus participatives, mais on eu que quelques jours pour faire la programmation de janvier...Le choix des cuts, pas évident à trouver en bonne qualité, j'ai peur parfois de me dire de ne plus arriver à mettre des trucs. Je mets pas du copyright sur les cuts parce que je considère que ça nous appartient pas. C'est un peu le bouquin que tu laisses dans le métro. C'est pour ça qu'on ne veut pas faire du business avec le nanar. On a un champs d'action illimité. On veut pas faire non plus que "Turkish Starwars". Le nanar est rock'n roll, dans sa construction, c'est le punk, populo. On revendique ce côté punk. PDPN est à l'image du lieu qui nous acceuille, un bar très rock et trash mais il y a aucune discrimination au niveau du public qui vient.

Le nanar sauvera-t-il la crise de la dette? Le nanar est-il est Indigné?

poultrynavet.jpgMoi je ne fais pas de politique. Quoique peut-être indirectement. Tommy de Douteux.org est plus engagé. Il est plus dans un côté anti-blockbuster. Pour lui le nanar c'est on ne rit plus de nous mais on rit de leur production. Nous à PDPPN on reste plus terre a terre, le pur divertissement. J'aime les nanars parce que je me retrouve dans ces films, le coté bricolo, populaire à la différence d'un "Transformers".

nippon2.jpgDans le nanar il y a un côté humain dans ce cinéma. Et pour citer un truc très récent, la performance capture je m'en bats les c... Quand on voit un making of comme "Fuckin' Kassovitz" on voit qu'un tournage c'est humain, qu'il suffit d'un rouage et on peut perdre pied totalement, et les gens ne réalisent pas du tout ça. et certains préfèrent plus avec ce genre de making of que le film..

Tiens, prends encore un verre je vais te monter quelque chose dans les loges et...

Puis Mathieu m'invita à le suivre dans les loges (malgré les conseils de Guillaume). La bande de l'enregistrement à ce moment devient illisible. On y entend des bruits étranges, des cris, des rires, des pleurs, des "Pitié, ne me mettez pas CA!!!". Puis le Trou Noir. Je me suis réveillé 48h plus tard dans un hôpital de Créteil, nu à l'exception d'un t-shirt délavé "Troll 2" et de stigmates dont mon corps mettra du temps à effacer l'outrage.

295739_2600139282394_1222161306_33227258_1672800126_n.jpg