Si tu te tates, formate.

Bizarres ces nouvelles rames à la RATPPourquoi revenir sur une histoire connue de tous, déjà faite avec brio par Sam Raimi qui avait posé les bases. Pourquoi tout recommencer, changer de personnages, rebooter en version teen?

La raison est simple. les droits pour Spiderman arrivent à terme, encore quelques années et le studio Marvel pouvait les reprendre dans sa globalité. Et une fois "Spider-Man 4" abandonné (diverses raisons, le scénario du 4 avancé par Raimi ne plaisait pas, et Raimi et Tobey ne s'entendaient plus), le studio a cherché un réalisateur "malléable". Marc Webb était la proie désignée. Et puis de décider de rebooter. Parce que c'est plus fun. Parce que dans le doute, reboot.

Ce qui frappe dans un premier abord, c'est cette sensation de "film de commande", avec un cahier des charges flêché mais dont on aurait pas tous les éléments. Rajouter le background des parents disparus de Peter Parker n'apporte rien, vu sa non-exploitation globale en dehors d'une scène de fin post générique ridicule qui achève le naufrage et de cette sensation qu'on prend le spectateur pour une vache à lait, syndrome "Prometheus", "je ne te dirai rien là tout de suite, il faudra venir voir le second épisode".

Le film qui va vous faire aimer Spidey3

mazing.jpgJe me souviens être sorti de Spidey3 en colère. Un film long, trop long, où on sentait que Raimi n'avait plus rien à raconter. Aujourd'hui, "Amazing Spiderman" réussit l'exploit de le réhabiliter. La faute à une intrigue qui est modèle de lenteur en matière d'exposition, un Andrew Garfield prodigieusement mauvais et visiblement très mal à l'aise et trop vieux pour le rôle.

Seule Emma Stone tente de donner de l'épaisseur à son personnage. Et la relation "romantique" entre les deux est réussie dans une seule scène. On retrouve le Marc Webb de "500 jours ensemble" plus à l'aise à illuster les entiments humains que l'affrontement entre supers vilains. Naufrage aussi du côté de la BO. On peine à croire qu'il s'agit du vrai James Horner et non d'un débutant dans le métier qui aurait copié celui qui, jadis, composa "Willow", "Titanic", "Aliens" et "Braveheart".

Urg., franchise plantée ch. scénariste et réal.

Oh oui reboot moi grand fouOn savait que rebooter Spider Man était une mauvaise idée. On ne pouvait imaginer que cela mettrait la franchise dans l'embarras. Parce qu'il ne faut pas oublier que le premier Spider-Man est arrivé au tout début de cette vague d'adaptation de super héros. Aujourd'hui, la seule inquiétude est, est ce qu'Hollywood en faisant n'importe quoi avec ses icones n'est elle pas entrain de commencer à détruire sa propre vache à lait?

Il faudra quelqu'un qui est l'etoffe, la vision et le talent d'un Christopher Nolan pour sortir Spider-Man de cette ornière, pour redonner le 4ème opus que mérite Spider-Man. Que le studio cesse de rebooter pour offrir Spider-Man en patûre aux teens, qu'on cesse de rebooter une histoire que l'on connaît par coeur (honnêtement, on a presque mal au coeur de revoir traiter de manière aussi ridicule la mort de l'Oncle Ben, Martin Sheen, qu'on estime, qu'on aime, méritait tellement mieux.).

Aujourd'hui les chiffres sont là et terribles. Le jour de sa sortie, "Amazing Spider-Man" fait moins que les trois précédents opus, malgré, la 3D, malgré l'inflation. Peut-être que le studio va comprendre qu'il ne suffit pas de rebooter un film pour interesser le public, il faut des talents, des réalisateurs avec une vision, de cesser de confier des films importants à des personnes qui n'ont pas l'expériences. On le voit avec "John Carter". On va le voir avec "World War Z". (et bim 60 jours de re-tournage). On le voit là avec "Amazing Spider-Man".



meria.jpgmeriadeck@cinephilme.com